Passive Offensive

L’Histoire du monde est traversée de conflits et de trêves alternativement.

Par cette observation, «Passive Offensive» développe un parcours intellectuel, visuel et tactile traduisant la dialectique inhérente à ces deux états.

La broderie se présente ici comme un médium permettant d’exprimer nos ressentis intimes à l’écoute des faits de violence répétés quotidiennement, mensuellement, annuellement à échelle locale, nationale et internationale.

Le textile et l’expression artistique sont propices à l’exaltation d’images à la fois dures et délicates d’un conflit armé – les éclats de terre, les filets lumineux des tirs, les fumées des canons. S’en suit le retour au calme, l’appropriation d’un nouveau décor où le temps est en suspens. Cet état est en tension permanente et peut se rompre à tout moment. Ainsi, par l’exploitation du textile, de l’aiguille et du crochet, un « reportage textile » s’écrit.
Par l’utilisation et la mise en relation de matières brutes, épaisses, irrégulières à des textiles vaporeux, translucides, tendres et par le travail des points associé à diverses fournitures, sont engagés les champs lexicaux et l’esthétisme que dévoilent l’histoire de notre humanité traversée de guerres et de paix.
Passive Offensive permet d’avoir un rapport frontal, intellectuel et physique à la broderie ; de vivre le tissu, de ressentir ses tensions, d’y provoquer des crissements, de respecter ses attraits…